Les 10 meilleurs boxeurs gauchers de l’histoire

winky wright jabs
Les boxeurs en fausse-patte sont un vrai casse-tête pour leurs adversaires. Winky Wright affronte "Tito" Trinidad en fausse-patte, en 2005

Ah, les fausses-pattes. Ces gauchers qui obligent les boxeurs traditionnels à repenser tout ce qu’ils ont appris sur la boxe.

Une esquive sur la droite, et c’est la garantie de se prendre un coup du bras arrière. Puis il y a les coups de tête. Les pieds qui se marchent dessus. Ce direct du gauche si puissant.

En bref, boxer contre un fausse-patte, c’est un cauchemar.

Certains combattants sont excellents contre les boxeurs fausse-patte, comme par exemple Bernard Hopkins. Mais de nombreux boxeurs ont du mal à s’adapter à ce style peu orthodoxe, ce qui explique pourquoi certains boxeurs gauchers sont évités comme la peste par les boxeurs traditionnels.

Cet article dresse un portrait des 10 plus grands boxeurs gauchers de l’histoire du noble art.

 

10. Sergio Martinez

Boxer Sergio "Maravilla" Martínez Comes to Potentially Hostile SA | Arts Etc. | San Antonio | San Antonio Current

La superstar argentine Sergio Martinez a passé une grande partie de sa carrière dans l’ombre, boxant en poids moyen junior. Évité par de nombreux boxeurs, les fans de boxe l’ont découvert suite à son « match nul » contre Kermit Cintron en 2009. Tous ceux qui se souviennent de ce combat savent que Martinez aurait dû obtenir un KO.

Cintron s’est plaint d’avoir reçu un coup de boule, puis un coup de coude, et a presque accusé son adversaire de lui avoir balancé un parpaing sur la tronche. En réalité, il s’agissait d’un coup magnifiquement porté.

La hype autour de Martinez a explosé après sa victoire contre Paul Williams lors de leur revanche en 2010, sept mois après que Martinez ait ravi la ceinture des poids moyen à Kelly Pavlik.

Il a dominé la division des 160 livres, avec en point d’orgue sa brillante performance en 2012 contre Julio Cesar Chavez Jr.

Aujourd’hui encore, il remporte des combats et il est encore capable de grandes choses à l’avenir.

Son palmarès est de 51-2-2.

9. Gabriel Elorde

Flash Elorde - BoxRec

« Flash » Elorde était un combattant philippin qui a débuté dans les années 1950. Il avait une bonne taille pour un poids plume (1m70) et a mis à profit son jeu de jambes et sa vitesse pour devenir champion du monde. Il a battu le légendaire Sandy Saddler dans un combat sans titre en 1955.

Il est devenu champion des poids super-plumes en 1960 et a défendu le titre pendant sept ans.

Encore aujourd’hui, Gabriel Elorde est considéré comme l’un des plus grands combattants philippins de tous les temps.

Il a été intronisé à l’International Boxing Hall of Fame en 1993.

8. Joe Calzaghe

https://www.boxingnewsonline.net/bn/wp-content/uploads/2021/01/Calzaghe.jpg

Joe Calzaghe, « la fierté du Pays de Galles », est le seul combattant invaincu de cette liste. Il fait partie de ce cercle très fermé de boxeurs qui ont pris leur retraite sans avoir connu la moindre défaite.

Calzaghe n’était pas un gros cogneur et il savait encaisser, mais il lançait des à un rythme incroyable et avec des angles improbables qui frustraient son adversaire. Il a été mis au tapis de nombreuses fois au cours de sa carrière, mais il avait énormément de volonté, se relevant à chaque fois pour remporter la victoire.

Il était également maître dans l’art de se révéler et se transcendait au fur et à mesure que le combat avançait. Il a remporté des victoires contre Roy Jones, Bernard Hopkins et Mikkel Kessler. Il a également anéanti Jeff Lacy, dont la carrière n’a plus jamais été la même après la correction infligée par le gallois.

Les critiques à l’encontre de Calzaghe sont principalement dues à la qualité de ses adversaires et à sa réticence à combattre en dehors du Royaume-Uni pendant la majeure partie de sa carrière. Sa victoire contre Jones est un peu gâchée par le fait que ce dernier n’était plus que l’ombre de lui-même.

Il a pris sa retraite en 2008 avec un palmarès de 46-0 et 32 KO.

7. Young Corbett III

Cyber Boxing Zone -- Young Corbett III

Young Corbett III, de son vrai nom Raffaele Giordano, est né en 1905. Il a commencé sa carrière très tôt, à l’âge de 14 ans seulement.

Il n’était pas le plus puissant, mais c’était un combattant difficile à affronter car il plaçait ses coups et anéantissait son adversaire avant même qu’il ne puisse répliquer. Une sorte de Ricky Hatton à l’ancienne.

Corbett a remporté une victoire contre le légendaire Billy Conn en 1937, l’envoyant au tapis au deuxième round. Conn prendra se revanche quelques mois plus tard.

Il a pris sa retraite en 1940 avec un palmarès de 122-12-22.

6. Tiger Flowers

Tiger Flowers (1895-1927) | New Georgia Encyclopedia

En plus d’être le premier boxeur afro-américain champion des poids moyens, Theodore « Tiger » Flowers a affronté les plus grands combattants, avant de mourir à seulement 32 ans. A son palmarès figurent notamment Sam Langford, Mickey Walker et finalement Harry Greb.

Il a battu Greb pour remporter le titre de champion des poids moyens en 1926 et l’a défendu avec succès lors d’une revanche avant de perdre un combat très controversé contre Walker. Il est mort de complications lors d’une intervention chirurgicale.

Au moment de sa mort, il essayait toujours de décrocher une revanche contre Walker, qui est considéré comme l’un des plus grands combattants de tous les temps.

Il a été intronisé au Hall of Fame en 1993 avec un palmarès de 115-14-6.

5. Hector Camacho

Hector Camacho est mort | Radio-Canada.ca

« Macho » Camacho n’était pas un homme subtil. Il se battait comme un sauvage sur le ring et menait la même vie de sauvage en dehors du ring.

Naseem Hamed doit beaucoup à Camacho, qui dansait lui aussi sur le ring avant de massacrer ses adversaires. Il se servait assez peu du jab, et s’appuyait plutôt sur la vitesse et la puissance de ses coups pour venir à bout de ses adversaires.

Il est le premier boxeur à avoir remporté des titres dans sept divisions, un exploit impressionnant. Il peut se vanter d’avoir battu Roberto Duran et Ray Leonard, même s’ils n’étaient plus à l’apogée de leur art. Il a également affronté Julio Cesar Chavez et Oscar De La Hoya.

Malheureusement, le macho sauvage ne s’est jamais calmé. Il a été arrêté à de nombreuses reprises avant d’être assassiné en 2012.

Il a terminé sa carrière avec un bilan de 78-6-3.

4. Vicente Saldivar

Vicente Saldivar Beats Mitsunori Seki This Day August 7, 1966 - Retains Featherweight Crown #boxing #boxinghalloffame #b… | Boxeadores mexicanos, Boxeadora, Zurdos

Le Mexicain Vicente Saldivar était une bête sur le ring, utilisant souvent un terrible 1-2 pour user ses adversaires. Il était le combattant mexicain typique ; utilisant les coups au corps pour affaiblir et fatiguer ses adversaires avant de les achever plus tard dans le combat.

Saldivar a remporté sa plus célèbre victoire en 1964, lorsqu’il a battu son compatriote Sugar Ramos.
Il a terminé sa carrière avec un palmarès de 37-3 et 26 KO. Il a été intronisé à titre posthume au Hall of Fame en 1999.

3. Manny Pacquiao

Boxe | Manny Pacquiao perd sa ceinture WBA des mi-moyens | La Presse

Le 23 juin 2001, Lehlo Ledwaba devait vivre son heure de gloire à Las Vegas. Au lieu de cela, il a été écrasé par un jeune combattant philippin nommé Manny Pacquiao, qui a accepté le combat deux semaines avant.

Douze ans et huit titres mondiaux plus tard, Pacquiao est devenu une des plus grandes stars de la boxe. Il a dominé les différentes divisions avec aisance, notamment grâce à sa vitesse et son punch époustouflants.

Connu à ses débuts comme gros cogneur qui ne disposait qui ne cherchait que le KO, son travail avec l’entraîneur Freddie Roach en a fait un boxeur encore plus complet et terrifiant. Il a détruit Barrera, Morales, Hatton, Cotto, De La Hoya et Margarito. Ses quatre combats contre le grand Juan Manuel Marquez resteront à jamais dans les mémoires, chaque combat étant devenu un classique.

Le palmarès de Pacquiao est de 54-5-2, et il a toutes les chances d’entrer Hall of Fame.

2. Pernell Whitaker

Boxing great Pernell Whitaker dies after being hit by car - MMA - TheMacLife

Médaillé d’or olympique en 1984, Pernell « Sweet Pea » Whitaker est sans doute le plus grand boxeur défensif de tous les temps. Il prenait de court ses adversaires avec des contre-attaques rapides et un direct encore plus rapide. Il était passé maître dans l’art de placer des combinaisons et de se retirer avant d’être touché.

Comme c’est souvent le cas avec les combattants à l’esprit défensif, il a souvent fait l’objet de critiques, notamment après sa première défaite contre Jose Ramirez. Il a également concédé un match nul contre le légendaire Julio Cesar Chavez, et beaucoup estiment que Whitaker a été volé lors de ce combay.

Considéré comme l’un des meilleurs poids légers de tous les temps, Whitaker se retire du ring en 2001 avec un bilan de 40-4-1.

Il a entraîné plusieurs combattants, mais aucun n’est parvenu à rivaliser avec ce boxeur au style si fluide. Whitaker est décédé en 2019.

1. Marvin Hagler

https://s.rfi.fr/media/display/c82f56e8-8470-11eb-95cc-005056bf87d6/w:1280/p:16x9/AP21073027044584.webp

« Marvelous » Marvin Hagler n’est pas seulement le plus grand boxeur fausse-patte, il est aussi l’un des plus grands boxeurs de tous les temps. Le natif du New Jersey a un palmarès impressionnant de 62-3-2, défendant 12 fois sa ceinture des poids moyens durant une période où le niveau de la catégorie était extrêment élevé.

Il peut se vanter d’avoir battu Roberto Duran et le monstrueux cogneur John Mugabi. Il était capable de boxer très proprement, mais il affectionnait également le style « bagarreur ». Il passait souvent sans transition de la position de gaucher à la position traditionnelle pendant un combat. Il avait une bonne puissance et pouvait encaisser sans broncher.

Hagler a pris sa retraite après sa défaite controversée de 1987 contre Sugar Ray Leonard. La carte donnant 118-110 pour Leonard restera l’une des décisions les plus pathétiques de l’histoire de la boxe.

Il a été intronisé au Hall of Fame en 1993, et est décédé en 2021.