HomeMMAUFC Benoît Saint-Denis : "Je compte bien rester à l'UFC"

[Interview exclusive] Benoît Saint-Denis : « Je compte bien rester à l’UFC »

A l’occasion d’un open-mat de jiu-jitsu brésilien organisé par l’Académie Jackson Paulo en présence de Benoît Saint-Denis, nous nous sommes entretenus avec lui. Sympathique comme à son habitude, il a accepté de répondre à nos questions « avec grand plaisir ».

Comment vas-tu depuis ton combat ? (à l’UFC 267, en octobre)

Impeccable ! Le moral est bon, et mon nez a bien récupéré, même s’il reste encore un peu sensible. Ma cloison nasale est bien remise, et je respire même encore mieux qu’avant. J’ai repris les sparrings au sol fin décembre, et j’avais déjà repris l’entraînement technique et la préparation physique début décembre.

Concernant cet aspect médical, tu as un staff dédié à ta préparation ?

Non, pas vraiment. Auparavant, j’étais suivi par Olympe Sport Santé (un centre dédié à la santé du sportif), dans lequel je me rendais plusieurs fois par mois. Actuellement, je suis suivi par un kiné, Mickael Cachinho, que je vois chaque semaine. Mais forcément, le suivi est moins spécifique que lorsque j’allais à Olympe Sport Santé.

Benoit Saint Denis Elizeu dos Santos
Benoît Saint-Denis lors de son combat à l’UFC 267, en octobre 2021.

On a beaucoup parlé d’un éventuel changement de catégorie pour ton prochain combat. Tu envisages de descendre en lightweight ? (-70 kg)

Oui, j’ai envie de redescendre d’une catégorie. Je voulais déjà descendre en moins de 70 kg au Brave, et j’avais déjà commencé à me préparer dans ce sens, étant donné que mes derniers combats étaient en moins de 74 kgs. Je combattais en super-lightweight, une catégorie unique qui n’existe qu’au Brave FC. Mes prochains combats à l’UFC seront donc en lightweight.

« J’aimerais rester 5 à 10 ans à l’UFC »

Tu n’as pas peur de perdre de ta puissance en allant en lightweight ?

Je pense que je serai tout aussi, voire plus puissant que les autres combattants en -70kgs. Il faut bien comprendre qu’en 77 kilos, je ne cuttais pas beaucoup ; je faisais à peu près le même poids dans la cage que lors de la pesée. En -70kgs, je serai certes plus léger le jour de la pesée, mais grâce au rebond après la pesée (hydratation etc), je ferai environ 80 kilos dans la cage. J’ai une bonne puissance naturellement ; je n’ai pas d’inquiétudes de ce côté là.

Tu penses que ton dernier combat a influencé ta manière de combattre ?

Non, pas vraiment. J’ai un style de finisher, que je n’ai pas vraiment pu mettre en place face à (Elizeu) Dos Santos car il était vraiment énorme. Je pense que c’est une véritable force d’avoir ce style. C’est un style à la fois spectaculaire et  simple : soit je domine, soit mon adversaire ne plie pas et ça donne un combat acharné. Ca s’est vu lors de mon dernier combat, et je compte bien continuer sur cette lancée.

« L’UFC, il faut y aller le tôt possible »

 

Tu as signé à l’UFC directement après le Brave FC. Tu aurais voulu faire quelques combats d’ajustement supplémentaires avant de faire le grand saut ?

A vrai dire, je me sentais déjà prêt lorsque j’étais au Brave. C’est une bonne organisation, qui est 7ème mondiale. Dans l’idéal, j’aurais voulu prendre la ceinture au Brave, la défendre une fois et ensuite signer à l’UFC, mais ça ne s’est jamais fait. Le combat pour la ceinture n’a cessé d’être reporté, donc on a décidé avec ma team de rentrer à l’UFC à la place. Je pense que l’UFC, dès qu’on a le niveau, il faut y aller le plus tôt possible. Les combats qui sont disputés là-bas, ce sont des combats qui te font grandir en tant que combattant, car il y a une véritable opposition.

Benoit St. Denis Brave CF
Invaincu avant son arrivée à l’UFC, Benoit Saint-Denis était sur une série de huit victoires consécutives.

Comment on se vend en tant que combattant de MMA en 2022 ?

En ce qui me concerne, je suis quelqu’un qui est venu très tardivement aux sports de combat. Je suis l’un des pros les plus jeunes du circuit, puisque j’ai commencé ma carrière professionnelle il y a seulement 3 ans. Donc pour l’instant, je préfère me concentrer sur les améliorations techniques que j’ai à faire pour performer dans le top 15. Pour moi, se vendre en tant que combattant, ça passe par ça : être un combattant crédible avant tout.

Quels sont tes plans pour l’avenir ? La retraite sportive, la reconversion etc…

Je sais qu’une carrière de combattant est très courte. Mon but est vraiment de maximiser ma présence à l’UFC, et dans l’idéal, j’aimerais rester 5 à 10 ans à l’UFC.
Mais honnêtement, la reconversion, ce n’est pas quelque chose qui me préoccupe pour l’instant. Je suis encore un jeune combattant, et de ce fait, je suis plutôt sur une pente ascendante.
C’est compliqué actuellement de me concentrer sur mon après-carrière. Comme je disais, je suis encore actif en tant que combattant et donc je n’ai pas vraiment le temps pour y penser. Mon objectif, à court et moyen-terme, c’est surtout d’ancrer ma présence à l’UFC pour avoir un peu plus de stabilité. Et après, c’est un cercle vertueux : je pourrai m’entrainer avec des meilleurs sparring partners, j’aurai de meilleurs contrats etc.

Derniers articles