Home Boxe Revivez la victoire de Raphaël Tronché pour ses débuts en kickboxing

Revivez la victoire de Raphaël Tronché pour ses débuts en kickboxing

Reconversion réussie pour le boxeur calaisien, qui a livré son premier combat en plus de 3 ans.

L’Alpha Fight League faisait son grand retour à Bruxelles samedi 12 novembre, à l’occasion de sa seconde édition. Au programme : du kickboxing, du muay thai, mais également du MMA, pour un total de onze combats, avec du très beau monde à l’affiche. On peut ainsi citer l’incontournable Youssef Boughanem, le très prometteur Berjan Peposhi, ou encore Raphaël Tronché, un nom bien connu des amateurs du noble art.

(Tous les combats sont disponibles gratuitement en replay sur RTLPlay en Belgique (avec VPN si vous êtes en France) ou via le pay-per-view à 8€ sur FiteTV.)

Raphael Tronché VS Daniel Sam, 236 kilos sur le ring

Présent sur le ring samedi, ce dernier affrontait un solide client en la personne de Daniel Sam. Ancien adversaire d’Anderson Silva, Dillian Whyte, ou encore Yassine Boughanem, l’anglais compte par ailleurs une victoire face au français Patrice Quarteron, qui était venue mettre un terme aux sept années d’invincibilité de son adversaire. Son palmarès fait état de 37 victoires pour 19 défaites, faisant de l’anglais un adversaire honorable pour un premier combat dans une nouvelle discipline.

Après une entame de combat prudente, Tronché a dans un premier temps semblé en difficulté face à Sam, encaissant des low-kicks à plusieurs reprises, sans parvenir à les esquiver ou les contrer. Visiblement gêné par ce nouveau paramètre, le français a accusé un temps de retard avant de trouver plusieurs ouvertures dans la fin de la première reprise, bien aidé par son ami et coach Cédric Doumbé, présent dans son coin.

Quand Raphaël Tronché décide de faire parler ses poings, le résultat est aussi brutal qu’efficace.

Cette seconde reprise tournera rapidement en faveur de Tronché, qui décidera de se reposer sur ce qu’il sait faire de mieux ; boxer. Exit les kicks, le français parviendra à toucher son adversaire avec les poings à plusieurs reprises, le touchant durement d’un crochet du gauche qui ébranlera Sam.

Atteint de plein fouet, ce dernier effectuera un premier voyage au tapis, suivi d’un second quelques instants plus tard, qui marquera la fin du combat. Vainqueur par KO pour ses débuts en kickboxing, Tronché ne compte pas en rester là, et a affiché des ambitions très claires dans son interview d’après-combat. Désormais, « [s]on objectif est simple : devenir champion du monde de K1 ». C’est dit.

Ilias Boulaich, sans forcer

En MMA, un autre combattant faisait lui aussi ses débuts chez les professionnels dans une nouvelle discipline. Adepte du jiu-jitsu brésilien, Ilias Boulaich s’était déjà fait un nom sur Twitter, où il compte plus de 7000 abonnés. Sur son compte, le jeune belge avait annoncé ses grands débuts professionnels en MMA, créant ainsi une petite hype autour de son prochain combat au sein de la communauté Twitter.

En spécialiste du sol, Boulaich s’est empressé d’amener le combat au sol dès les premières secondes du combat. Un choix qui s’avérera payant, puisqu’il soumettra son adversaire en moins d’une minute, parvenant à le finaliser sur une kimura. Des débuts impressionnants qui laissent présager de bonnes choses pour ce jeune athlète, tout juste âgé de 21 ans.

Un main event avorté

En combat principal de la soirée, Youssef Boughanem affrontait Tobias Alexandersson en muay thai. Sur une série de quatre victoires, Boughanem partait favori pour remporter cet affrontement devant un public acquis à sa cause. Après une première entame en faveur du local, une large coupure au-dessus de l’œil droit d’Alexandersson a poussé l’arbitre à mettre un terme à ce combat sur décision du médecin dans le seconde reprise. Une fin prématurée décevante pour un main event qui semblait tenir toutes ses promesses, et qui venait conclure une très belle soirée.

Le format d’évènement proposé par l’Alpha Fight League mélangeant muay thai, kickboxing et MMA apporte un vent de fraicheur bienvenu dans un monde où les organisations ont tendance à se spécialiser, oubliant parfois le principal : fédérer le public autour de la passion commune des sports de combat, sans distinctions de styles.