HomeMMAUFCL'aveu étonnant de Georges Saint-Pierre : "Je n'ai jamais aimé combattre"

L’aveu étonnant de Georges Saint-Pierre : « Je n’ai jamais aimé combattre »

Celui que beaucoup considèrent comme le meilleur combattant de l’histoire de l’UFC a récemment tenu des propos pour le moins étonnant.

Ancien champion des middleweight et des welterweight de l’UFC, Georges Saint-Pierre a connu une carrière exceptionnelle au sein de l’organisation américaine. Après seulement deux combats disputés à l’UFC, le canadien avait combattu Matt Hughes pour le titre, face auquel il s’était incliné par soumission.

Une défaite qu’il finira par venger deux ans plus tard, en parvenant cette fois à mettre KO son adversaire pour s’emparer de la ceinture des welterweight. Au total, GSP aura disputé 22 combats au sein de l’organisation américaine, pour un bilan de 20 victoires et seulement 2 défaites.

Il avait surpris le monde du MMA en annonçant son retour à la compétition en 2017 après plus de quatre ans passés loin des cages. Un retour gagnant, puisqu’il s’était imposé face au champion des middleweight Michael Bisping en le soumettant par rear-naked choke dans le second round, rejoignant ainsi le cercle très fermé des double champions de l’UFC. Ce combat fût le dernier du canadien, qui a par la suite laissé le titre vacant avant d’annoncer sa retraite définitive en février 2019.

Un athlète plus qu’un combattant

Connu pour son approche réfléchie et méthodique du combat, Saint-Pierre aura grandement œuvré à la reconnaissance du MMA en tant que sport respectable. Poli, respectueux de son adversaire et toujours très élégant, il aura permis à l’UFC d’entamer un changement profond, contribuant ainsi à rendre le sport plus acceptable auprès du grand public. Malgré cette contribution colossale au monde du MMA, le canadien a récemment fait des confidences surprenantes sur sa carrière.

« Non, le MMA ne me manque pas » avait-il expliqué lors d’une session de questions réponses dans le cadre de l’UFC Paris. « Je n’ai jamais aimé combattre. Bien sûr, j’aimais le sentiment de liberté que ça me procurait et le salaire qui allait avec. Ca m’obligeait à avoir un style de vie sain, et c’était aussi quelque chose de positif, même si ça reste un sport dangereux. » avait précisé l’ancien combattant de 41 ans. « J’avais accès à des choses auxquelles les gens n’avaient pas accès. C’est pour ça que je combattais. Pour la liberté. » avait-il conclu, avant de fermer définitivement la porte à un éventuel retour : « Je suis à la retraite, et je suis très heureux ainsi ! »

Derniers articles