HomeMMAUFCManon Fiorot : un chemin vers le titre plus long que prévu...

Manon Fiorot : un chemin vers le titre plus long que prévu ?

Vainqueur face à la #1 mondiale Katlyn Chookagian (18-5) samedi 22 octobre à Abu Dhabi lors de l’UFC 280, Manon Fiorot (10-1) était bien décidée à obtenir sa chance pour le titre le plus rapidement possible. Pourtant, lors de l’interview d’après combat, la Française est restée très timide au micro de Daniel Cormier, qui lui a posé la traditionnelle question : « Quelle est la suite pour Manon “The Beast” Fiorot ? »  

C’était l’occasion rêvée. Manon Fiorot bat une ancienne challenger au titre par décision unanime (29-28 pour les trois juges) et s’offre une voie royale vers son premier title shot. Seulement, au moment de call out la championne Valentina Shevchenko, la niçoise se rétracte : « Je pense que j’ai encore besoin d’un peu d’expérience, donc je voudrais encore prendre un autre combat avant d’affronter Valentina. Pourquoi pas affronter Grasso avant la ceinture. » déclare-t-elle timidement au micro de l’ancien double champion de l’UFC.

Après avoir pris tous les risques possibles durant son camp d’entraînement et après avoir accepté le combat malgré la pesée loupée de l’américaine, The Beast préfère faire machine arrière plutôt que de se retrouver face à celle que l’on surnomme la balle (“Bullet”).

La voie de la raison 

A-t-elle raison d’attendre encore un combat à la suite de cette victoire par décision ? A en croire la française, c’est précisément cette décision qui la dérange. « Je dois la finir, Valentina l’a mis KO. Si je ne la finis pas, ce sera un échec. » avait expliqué Manon dans le podcast RMC Fighter Club avant ce combat. Elle avait donc prévenu. C’est elle qui a le premier rôle dans cette histoire, elle connaît ses ressentis et elle ne se sent pas prête. Un paramètre crucial quand on sait l’importance du mental dans les sports de combat.

Pourtant, son propre coach et mari n’a pas semblé être d’accord avec les dires de sa femme et combattante. Cette dernière ne parlant pas anglais, c’est lui qui était en charge de la traduction. Il traduira la phrase de Manon ainsi : « On peut battre toute la catégorie, alors on va voir pour Valentina ». La route pour le titre était donc toute tracée, mais Manon Fiorot en a décidé autrement. Plus tard dans la soirée, elle a confirmé au micro de RMC Sport vouloir affronter Grasso avant de prétendre à un title shot contre la championne, qui règne sur la catégorie depuis 2018. La destination reste la même, c’est le chemin qui s’est tout simplement allongé. 

Des chiffres qui ne trompent pas

Chookagian a affronté Valentina Shevchenko et désormais Manon Fiorot, mais l’issue du combat n’est pas la seule différence entre ces deux affrontements. Lors de l’UFC 280, l’américaine est parvenue à toucher de façon significative la combattante française à 76 reprises, soit près de quatre fois plus que lors de son combat face à Valentina en 2020 lors de l’UFC 247. Bien que Manon possède plus de rythme et de puissance, l’expérience en kickboxing de Shevchenko la rend bien supérieure à Chookagian en striking. 

Comment battre une combattante qui se laisse si peu toucher mais qui touche énormément ? « On a vu des failles dans le jeu de Valentina » avait déclaré Manon il y a quelque temps. Mais samedi à Abu Dhabi, ce sont sûrement ses propres failles que Manon Fiorot a vu. Elle a dû encaisser de nombreux coups et elle n’a pas varié ses attaques. Un constat qu’elle fera elle-même à la conférence de presse d’après-combat : « J’ai voulu la boxer et je n’ai pas pensé à la lutte. Ca aurait été plus simple, je pense » analysait-elle. En effet, deux takedowns ont été tentés et un seul a été réussi (d’une fort belle manière) à la fin du 3ème round, pour un contrôle de 14 secondes. Un combat face à Alexa Grasso lui permettrait de « pouvoir lutter, se battre au sol et de gagner de l’expérience » avant d’aller chercher Valentina et le titre, ses objectifs depuis ses débuts à l’UFC.

Manon “The Beast” Fiorot mérite sa victoire contre Chookagian, qui met fin à la série de quatre victoires de son adversaire. Les deux derniers rounds ont montré qu’elle pouvait être dangereuse face à n’importe quelle adversaire de sa catégorie et que ses ambitions pour le titre sont légitimes. Elle ne se sent pas encore prête, et on ne peut que saluer sa volonté de gagner encore en confiance et en expérience avant son ultime bataille face au monstre de sa catégorie. La route vers le titre des flyweight (-56 kg) s’allonge, et ce n’est que partie remise. Le train Manon Fiorot est toujours en direction du titre suprême de l’UFC.

(crédit photo : MMA Mania)

Derniers articles